Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier continuent à attirer les investisseurs comme en témoignent les flux enregistrés au 1er semestre 2017. C’est certainement une période de tous les records pour ces fameux fonds de placement qui devancent pratiquement tous les supports autrefois plébiscités par les Français.

Une situation au beau fixe pour les SCPI pour le 1er semestre 2017

Le début de l’année 2017 s’annonce comme l’une des meilleures saisons dans l’histoire des SCPI. Montrant un bilan de performances exceptionnel avec une capitalisation franchissant la barre symbolique des 40 milliards d’euros, les résultats des trois premiers mois démontrent plus que jamais la force des SCPI. Certes, le bilan du 2ème trimestre affiche un léger repli par rapport au trimestre précédent mais préserve tout de même son dynamisme grâce à une collecte nette de 1,45 milliards.

Cet épisode correspond également à un retour à la stabilité car le niveau de collecte reprend son rythme normal. En même temps, la crainte d’une érosion de la rentabilité locative est éloignée car les gérants s’exposent moins à la pression et restent plus souples dans leur sélection. Notons qu’un an avant, la collecte réalisée se dressait à 1,417 milliards d’euros. Ce chiffre est selon les observateurs, le seuil trimestriel idéal pour les SCPI. Avec une légère progression au 2ème trimestre 2017, les investisseurs de la pierre papier peuvent donc continuer à se réjouir car les sociétés de placement ont toujours bonne mine.

A titre de rappel, les SCPI de bureaux représentent la majorité des fonds collectés. Les SCPI diversifiées progressent en continu avec +25,4% contre 15,7% au 2ème trimestre 2016. Leurs apports en collecte nette ont cependant régressé en passant de 60,3% (2T 2016) à 50,7% (2T 2017). Dans le palmarès des SCPI meilleures collectes, Amundi, Patrimonial et BNP Paribas Reim composent le trio gagnant.

Les gérants misent sur les deux tableaux

En faisant la lecture des rapports de la première période, la collecte nette s’élevait à 2,3 milliards d’euros, soit +125% par rapport au 1er trimestre 2016. C’est le record jamais réalisé en un seul trimestre et équivaut presque à la moyenne annuelle des fonds d’investissement collectif que sont les Sociétés Civiles de Placement Immobilier. Cet emballement a suscité l’inquiétude des acteurs du secteur quant à la non-maîtrise des flux et les difficultés à gérer la collecte au regard des investissements. Heureusement, les gérants des SCPI ont le contrôle de la situation en menant judicieusement leur projet d’acquisitions. Au 2ème trimestre 2017, le montant d’investissements a quasiment doublé par rapport à la même période un an auparavant. On peut dire qu’à ce stade, l’équilibre entre collecte et quête d’actifs est atteint.

On constate ainsi le même enjouement du côté des gérants qui relèvent les performances des investissements dans tous leurs aspects. La valeur des acquisitions a carrément bondi de 570 millions d’euros à 1,5 milliards d’euros sur une année glissante. Par ailleurs, le choix de la qualité qui demeure crucial dans la valorisation du patrimoine des SCPI augmente leur compétitivité aussi bien sur le plan national qu’international. Pour 1,5 milliards d’euros donc investis sur les marchés français (12,6% à Paris et 35,8% en régions) et européens (28,7%), les Sociétés Civiles de Placement Immobilier ont procédé à l’acquisition d’un total de 89 actifs répartis équitablement sur la région parisienne, les métropoles régionales et l’Europe.

Des indicateurs qui ne trompent pas

Le taux d’occupation financier (TOF) est aussi un point important à signaler. La hausse du TOF pour toutes les catégories de SCPI confondues justifie l’amélioration des performances locatives avec une hausse de 78 points de base par rapport au 1er trimestre 2017, soit 89,32 %. Cette progression exclut les SCPI commerces qui ont légèrement fléchi au 2ème trimestre 2017. Situé néanmoins 93,76% à fin juin 2017 (contre 94,82% à fin juin 2016), ce taux reste à un niveau estimable.

Pour ce qui est du rendement, le TDVM s’affiche à 4,53 %. Ce taux est en augmentation par rapport à celui du 1er trimestre 2017 qui s’établissait à 4,45%. On fait cependant constater que cette valeur est différente selon que les sociétés de gestion sont des indépendants ou des bancaires. Ces derniers qui ont tendance à beaucoup collecter ont du mal à classer leurs fonds dans des placements rentables et donc retrouvent leur rendement affaibli (4,36%) par rapport aux indépendants (4,9%).

Les SCPI cartonnent au 1er semestre 2017
5 (100%) 4 votes
Trustpilot